Les Poissons

« C’est ici, dit-il, que l’ange pose un doigt sur les lèvres du bébé, juste avant la naissance – Chut ! – et l’enfant oublie tout. Tout ce qu’il a appris là-bas, avant, en paradis. »

Nancy Huston, L’Empreinte de l’Ange, 2000

Signe de Neptune, dernière étape sur la roue du zodiaque, le signe des Poissons est à la fois le grand Tout et sa dissolution complète. Celui qui sait et celui qui doit oublier pour mieux recommencer. C’est l’ouroboros. Il vient fermer la boucle et la rouvrir, c’est le Mat du Tarot, à la fois 0 et 22, le début et la fin. Avant la re-naissance.

Il n’est qu’à regarder son glyphe pour comprendre : l’un des poissons monte vers la nue pendant que l’autre redescend à la source.

Après l’humanisme cérébral du Verseau (signe d’air), les Poissons (signe d’eau), c’est l’ouverture sur l’universel, l’intégration, la connexion aux autres par des moyens supra humains, la fluidité, voire la fuite ! Et de l’émotion, de l’émotion, de l’émotion !

Comme son maître, le signe des Poissons est marqué par l’empathie, le désir d’aider son prochain et le renoncement à l’ego. C’est le signe de la spiritualité, de la recherche de fusion avec l’autre, de la plasticité. L’image qui me vient, même si ce n’est pas de l’eau, mais du métal liquide, c’est celle du tueur cyborg de Terminator 2, qui échappe à tout par sa capacité à fondre et se reconstituer :

Bon, en moins effrayant, soyons clairs… Mais les Poissons, c’est ça : une immense malléabilité qui les rend adaptables à tout et à tous. C’est également le signe des mouvements de foule, de ce qui ne semble ne pas avoir de tête, seulement une masse qui se meut.

Alors sur le papier, c’est bien joli – et ça semble même très pratique. Mais c’est redoutable, autant pour soi que pour les autres. Car si l’eau est puissante – les ras-de-marée et autres tsunamis en sont la preuve – l’eau dissout également : les contours, les formes, les choses, les gens. Et les Poissons sont ce signe de la dissolution.

Mal géré dans un thème, il peut mener à la confusion, la trop grande naïveté, l’influençabilité, le manque de rationalité. Et mal vécu, il conduira à l’isolement, le repli sur soi (et son fors intérieur, tellement plus riche et moins décevant que l’autre, le monde réel), la marginalité et la dépression.

Signe des mouvements de masse, il est aussi associé aux épidémies, aux virus, à l’exil parfois.

Vous l’aurez compris, les Poissons sont sans doute le signe le plus délicat du zodiaque. Car le plus subtil : tout en antennes qui s’élancent vers l’extérieur pour ensuite les ressentir à l’intérieur. D’où la nécessité de bien connaître ses frontières intimes, ses limites. Il s’agit d’être suffisamment poreux pour laisser entrer la lumière, suffisamment fêlé pour la laisser passer ensuite, mais suffisamment solide pour pouvoir la contenir et éclairer le monde. Afin de le rendre plus lumineux et plus beau. Car elle est là, la mission des Poissons : ce sont, pour reprendre les mots de Victor Hugo (lui-même Poissons), des « rêveurs sacrés ».

Ecoutez le rêveur sacré !

Dans votre nuit, sans lui complète,

Lui seul a le front éclairé.

Victor Hugo, Les Rayons et les ombres, 1840

Les autres articles sur les planètes :

Soleil

Lune

Mercure

Vénus

Mars ♂︎

Jupiter (à venir en décembre)

Saturne

Uranus

Neptune

Pluton (à venir en novembre)

Les articles sur les signes :

Bélier♈️

Taureau

Gémeaux

Cancer

Lion

Vierge

Balance

Scorpion

Sagittaire

Capricorne ♑️

Verseau ♒️

Poissons ♓️

6 réflexions sur “Les Poissons

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s