Le Soleil

Le soleil donne

De l’or intelligent

Alain Souchon, Laurent Voulzy

Nous y sommes : l’été, la chaleur, LE SOLEIL. L’astre-roi. Le maître, et tant pis si Jupiter pourrait en prendre ombrage, lui qui arrive à la fin de l’automne. Le Soleil le relègue d’ailleurs dans l’ombre, ce Jupiter-Zeus pourtant maître de l’Olympe.

Astronomiquement, il est l’étoile la plus importante de notre galaxie. Celle autour de laquelle nous gravitons. Celle sans laquelle il n’y aurait pas de vie sur terre. Notre essentiel. Il en est de même dans le thème natal.

il est intéressant de noter néanmoins que ce Soleil doit nous rappeler l’humilité. Car quoiqu’on pourrait en penser, il n’est pas unique. il faudrait être bien orgueilleux ou bien inconscient pour le penser : il existe dans notre univers bien d’autres soleils et bien d’autres galaxies. Simplement, nous aimons à penser qu’il est unique. Du coup, l’astrologie a bougé les rôles et s’est « géocentrée », c’est-à-dire centrée autour de la terre. Ce qui est une aberration astronomique, mais on s’en fiche, puisque symboliquement, c’est l’astrologie qui nous intéresse 😛.

Et astrologiquement, c’est exactement le rôle du Soleil. Nous rendre unique, faire de nous ce que nous SOMMES, nous individualiser. Les planètes qui gravitent autour du Soleil renvoient sa lumière, mais c’est lui qui les anime.

Le Soleil représente la vie dans un thème, la vitalité et la volonté, l’ego. Planète yang, masculine, c’est une énergie d’extraversion, à l’opposé de la Lune, qui reçoit l’énergie solaire et la renvoie, énergie d’introversion. Qui dit Soleil dit chaleur et générosité, c’est une force centrifuge (autrement dit tournée vers l’extérieur) qui nous fait rayonner. C’est notre vraie nature, ce que nous sommes profondément, même si cela ne sera pas immédiatement visible, masqué par notre ascendant, notamment.

Notre signe solaire, l’emplacement où se trouve notre Soleil natal, va indiquer notre manière de nous affirmer et le carburant qui nous fait avancer, ce pourquoi nous nous levons chaque matin.

Dans le tarot de Marseille comme dans le Rider Waite, on peut observer la même chose : un soleil énorme, qui surplombe la moitié haute de l’image, vous regardant bien en face, avec un air de certitude tranquille, une confiance sereine. Tout le Soleil est là, dans cette certitude d’être, ici et maintenant, et parfaitement à sa place.

Et tantôt il distille ses gouttes de vie, dans le tarot de Marseille, tantôt il darde ses rayons pour faire pousser les tournesols (fleurs du soleil). Et, présent toujours, l’enfance.

Tous les éléments se rapportant au Soleil, et partant au signe du Lion qu’il maîtrise, sont là : la joie, voire l’exultation, d’être en vie, la vitalité, la confiance, la générosité (l’un des enfants aide l’autre) et le fait d’aller de l’avant.

Parce que sans lui, pas de vie, le Soleil est également associé à la création et la créativité (le fait de créer), d’où les enfants. Par son rayonnement, il aide les autres, il les éclaire pour leur permettre de s’accomplir à leur tour. Là est la générosité solaire : donner sans compter.

Dans un thème, il va également représenter la figure paternelle, le mari, l’autorité, le patron, le supérieur hiérarchique, le pouvoir, l’ambition.

Sur le plan de la santé, ce sera la vitalité générale, le coeur, le système cardio-vasculaire, la colonne vertébrale (donc le dos), la vue.

Il est important de bien connaître et identifier le Soleil dans son thème car il donnera, en signe et en maison, de précieuses indications sur ce que l’on doit être dans la vie. Il permet de savoir quels sont nos besoins, quel est notre rôle dans cette vie et comment nous accomplir. C’est notre coeur de vie.

Le Soleil et le temps du Lion

On y est. L’été bat son plein, la chaleur écrase, la lumière éclabousse, nous voici dans le temps du Lion.

Paradoxale saison où l’on chercherait presque l’ombre et la fraîcheur, surtout en ces temps de canicule, et ce Lion ♌️ qui rugit et veut s’exprimer, qui « voudrait dire, dire, dire tout ce que (il) sais, tout ce que (il) pense, tout ce que (il) devine, tout ce qui (l)’enchante et (le) blesse et (l)’étonne » (Colette). Là est le Lion : l’expression pure et brute de ce qu’il EST .

Succédant au Cancer ♋️ , qui nous a invité à nous recentrer sur nous, le Lion ♌️ nous demande maintenant de le communiquer.

Alors riez, dansez💃, jouez, vivez et surtout… profitez 🥂. Croquez la vie à pleines dents et apportez votre lumière aux autres, sans calcul, sans crainte, et comme le disait Camus, « donnez tout au présent ». Joyeusement 🌞.

La Nouvelle Lune en Cancer

La Nouvelle Lune représente le nouveau cycle, une énergie de nouvelles possibilités. Que voulez-vous créer pour le mois à venir ? Où en êtes-vous, alors que nous sommes au milieu de l’année ?

🌑La Nouvelle Lune est un moment idéal pour travailler, commencer des projets et avancer, en étant portés par cette dynamique d’expansion et d’ouverture. Moment idéal pour tourner une page et prendre une nouvelle résolution, décider de changer des choses dans sa vie, marquer le début d’un nouveau cycle, porteur de nouveaux projets, de renouveau, de nouveau départ à tous points de vue. 
🌑🌙 
En Cancer ♋️, elle encourage à se recentrer sur soi et ses besoins profonds. ℂ𝕠𝕞𝕞𝕖𝕟𝕥 𝕡𝕦𝕚𝕤-𝕛𝕖 𝕖𝕞𝕡𝕝𝕚𝕣 𝕝’𝕒𝕦𝕥𝕣𝕖 𝕤𝕚 𝕛𝕖 𝕤𝕦𝕚𝕤 𝕞𝕠𝕚-𝕞ê𝕞𝕖 𝕧𝕚𝕕𝕖 ?

Le temps du Cancer

Nous voici dans les énergies Cancer ♋️ pour quelques semaines.

Au programme, de la douceur ☁️, de la tendresse🥰, de l’imagination💡, du soin, des contacts, mais également de la détermination. Celle de savoir qui nous sommes et de mettre les frontières qui s’imposent avec les autres afin de ne pas se laisser absorber par eux.

Car si le Cancer est empathique, intuitif, et sait « intuitivement » les gens et les choses, il doit apprendre aussi à se protéger. Et pour cela, sa carapace de crabe 🦀 est son plus précieux allié. Elle doit le protéger, l’aider à définir ses contours, mais elle ne doit pas l’isoler. Elle doit savoir grandir avec lui pour le laisser aller avec confiance dans ce monde.

Il y a beaucoup de rondeur dans le Cancer ♋️, ce qui peut l’amener, comme le coquillage 🐚 de l’image, à se suffire à lui-même grâce à son monde intérieur. Mais c’est également dans le don et le partage de toute sa richesse intérieure qu’il peut se réaliser.

Le temps du Cancer ♋️ vous invite à vous ancrer, à faire descendre vos racines profondément et à en faire remonter toutes vos richesses intérieures. Avec confiance. Avec sérénité.

Le Bélier

Sur les cornes du bélier, cours-y vite, cours-y vite.

Paul Fort, « Le Bonheur »

Il est le premier. S’enflamme le premier. Arrive le premier. Quitte à oublier pourquoi. Car oui, tout le Bélier est là : c’est l’initiative. Mais de quoi ? Ça, ce n’est pas toujours clair…

Tout est dans le mot : « Machine de guerre formée d’une poutre dont l’une des extrémités était armée d’une masse de métal représentant à l’origine une tête de bélier et qui était utilisée par les anciens pour renverser les murailles des places assiégées, ou dans les combats navals pour faire brèche dans les flancs des vaisseaux ; (métaphorique) force puissante capable de renverser une situation ou d’imposer des changements radicaux, favorables ou néfastes, dans les institutions, les idées, les sentiments, etc… »

Le Bélier est là : celui qui vient cogner, là où on l’attend, ou pas toujours. Symboliquement, le premier signe de la roue zodiacale est celui de la naissance, de la venue au monde. C’est une pulsion – rappelez-vous Mars, son maître -, la réflexion viendra plus tard. Le Bélier se DOIT d’avancer, de pousser, de montrer qu’il est là. Il fonce. Et défonce.

C’est l’enfant qui déploie ses poumons pour la première fois et pousse son cri après l’émergence depuis sa mère. C’est l’étincelle qui va mettre le feu aux poudres, et qu’importent les conséquences. C’est le commencement, sans savoir ce qui va bien pouvoir advenir ensuite.

Vous l’aurez compris, à travers tous ces exemples, le Bélier incarne la pulsion de vie, brutale et non raisonnée. C’est ce qui fait sa force : il est pugnace et a l’esprit de décision. Gouverné par Mars, dieu de la Guerre, il est animé par l’esprit de conquête, c’est un défricheur. Pas un cultivateur, il laissera ça au Taureau, qui viendra ensuite. Puis aux Gémeaux, qui leur succéderont, histoire de vendre le truc.

Mais du coup, il a bien évidemment les défauts de ses qualités : la pulsion peut devenir brutalité et violence, l’absence de réflexion peut se muer en jugement aveugle. Le Bélier ne voit que lui et ne pense qu’à lui. A la différence du Lion, ce n’est pas une affaire d’ego, il ne se sent pas supérieur ou meilleur que les autres, simplement, il ne les voit pas. Il n’est pas égoïste, puisque les autres n’existent pas. Il est le premier et le seul. En ce sens, il est pleinement égocentrique.

Tout ce qui se rapporte au Bélier se rapporte à la tête, mais non dans le sens de ce qu’il y a dedans, mais plutôt autour. La caboche. Le casque du guerrier. L’enTÊTEment est typiquement bélier.

L’impatience également. Il faut que cela aille vite, quitte à s’en tenir à une vision superficielle des choses, et l’on en revient au manque de réflexion. Les natifs marqués par le Bélier auront souvent des plaies et des bosses, et surtout des bosses d’ailleurs.

I’m a model that is uncomplicated

Gorillaz, « Aries »

Il n’est pas compliqué, le Bélier, comme le constatait le groupe Gorillaz. Son langage est direct, il ne s’emberlificote pas dans les longues tergiversations, il y va.

Infatigable, il possède une capacité de régénération qui se multiplie dans le feu de l’action. D’ailleurs n’est-il pas le premier des signes de Feu, le premier signe tout court ? On ne l’arrête pas, comme le chantait Queen :

I’m gonna go, go, go

There’s no stopping me

I’m burnin’ through the sky, yeah

200 degrees

That’s why they call me Mister Fahrenheit

Queen, « Don’t Stop Me Now »

L’esprit de compétition lui est chevillé au corps, tout comme l’indépendance.

Nous avons tous du Bélier dans notre thème. C’est le lieu où nous devons assumer de foncer, sans nous laisser engluer dans les atermoiements et sans craindre le jugement d’autrui. C’est le lieu où nous nous devons d’être nous-même. Simplement. Tel l’enfant qui vient de naître. Et où nous ne devons pas avoir peur « d’y aller ». Et là, nous pourrons « prendre du bon temps, prendre du bon temps… »

Cause I’m having a good time, having a good time

Queen

Les autres articles sur les planètes :

Soleil

Lune

Mercure

Vénus

Mars ♂︎

Jupiter (à venir en décembre)

Saturne

Uranus

Neptune

Pluton (à venir en novembre)

Les articles sur les signes :

Bélier ♈️

Taureau

Gémeaux

Cancer

Lion

Vierge

Balance

Scorpion

Sagittaire

Capricorne ♑️

Verseau ♒️

Poissons ♓️

Mars

Sailors fighting in the dance hall (…)

Is there life on Mars ?

David Bowie, « Life On Mars », 1973

C’est drôle parfois comme les choses coulent d’elles-même. Un mois plus tôt, je vous parlais de mer, d’océan, de Neptune et des Poissons. Et voici qu’à la merci d’une allusion à une bataille de marins, nous entrons dans l’univers de Mars !

Et pourtant, rien n’est plus étranger à l’univers de Neptune que celui de Mars. A l’eau de l’un répond le feu de l’autre. Or l’eau et le feu, on le sait, cela ne fait pas bon ménage… même si les deux sont armés ! Neptune a son trident là où Mars porte cuirasse, casque, glaive et pilum (javelot romain). Disons que l’un est plus « armé » que l’autre, ce qui n’est pas très étonnant pour un dieu de la guerre.

Car tel est le domaine de Mars : la lutte. Le combat. Mais aussi l’impulsion initiale, celle qui fait tout démarrer, le déclenchement. L’étincelle de vie.

Ce n’est pas un hasard si Mars maîtrise le signe du Bélier, premier de la roue du zodiaque, celui qui annonce le recommencement, le printemps, le redémarrage de la nature. Mars, c’est celui qui dit « j’existe » et qui entend qu’on l’entende.

Dans un thème, il incarne notre action, autrement dit notre manière de nous affirmer, notre capacité de combattivité et notre énergie d’entreprendre. Planète masculine s’il en est – c’est l’amant pour une femme, alors que le Soleil sera le mari – , de polarité yang, c’est l’ultra virilité avec tous les clichés qu’on peut lui associer.

Mars, c’est également la pulsion instinctive, et partant la libido, c’est le courage, l’aptitude à agir et surtout ré-agir. Un Mars en signe de feu traduira un tempérament éruptif, qui s’embrase rapidement, là où un Mars en terre aura besoin de plus d’assurance. C’est à travers notre Mars que nous nous affirmons au monde.

Mars va montrer la manière dont nous exprimons notre énergie, la manière dont nous défendons nos valeurs et ce en quoi nous croyons, notre capacité à relever des défis. Mars est un compétiteur-né.

Première des planètes sociales, Mars manifeste notre désir et notre action. En cela, il fait le lien avec les planètes personnelles (auxquelles il succède) et amène vers Jupiter et Saturne, les autres planètes sociales : le désir est d’abord tourné vers soi et notre action l’est vers les autres.

Il est tentant de voir en Mars l’expression de la force brutale, car il l’est, indéniablement. Mais il est surtout l’expression de nos instincts les plus bruts, de notre animalité la plus évidente, nos pulsions, autrement étymologiquement : ce qui nous pousse à avancer. Et en cela, il est très intéressant à étudier dans un thème. Car il peut nous indiquer un axe de travail capital : la maîtrise des instincts, afin de les sublimer en une énergie féconde, un moteur qui nous donnera la force d’agir et de créer.

Les autres articles sur les planètes :

Soleil

Lune

Mercure

Vénus

Mars ♂︎

Jupiter (à venir en décembre)

Saturne

Uranus

Neptune

Pluton (à venir en novembre)

Les articles sur les signes :

Bélier ♈️

Taureau

Gémeaux

Cancer

Lion

Vierge

Balance

Scorpion

Sagittaire

Capricorne ♑️

Verseau ♒️

Poissons ♓️

Les Poissons

« C’est ici, dit-il, que l’ange pose un doigt sur les lèvres du bébé, juste avant la naissance – Chut ! – et l’enfant oublie tout. Tout ce qu’il a appris là-bas, avant, en paradis. »

Nancy Huston, L’Empreinte de l’Ange, 2000

Signe de Neptune, dernière étape sur la roue du zodiaque, le signe des Poissons est à la fois le grand Tout et sa dissolution complète. Celui qui sait et celui qui doit oublier pour mieux recommencer. C’est l’ouroboros. Il vient fermer la boucle et la rouvrir, c’est le Mat du Tarot, à la fois 0 et 22, le début et la fin. Avant la re-naissance.

Il n’est qu’à regarder son glyphe pour comprendre : l’un des poissons monte vers la nue pendant que l’autre redescend à la source.

Après l’humanisme cérébral du Verseau (signe d’air), les Poissons (signe d’eau), c’est l’ouverture sur l’universel, l’intégration, la connexion aux autres par des moyens supra humains, la fluidité, voire la fuite ! Et de l’émotion, de l’émotion, de l’émotion !

Comme son maître, le signe des Poissons est marqué par l’empathie, le désir d’aider son prochain et le renoncement à l’ego. C’est le signe de la spiritualité, de la recherche de fusion avec l’autre, de la plasticité. L’image qui me vient, même si ce n’est pas de l’eau, mais du métal liquide, c’est celle du tueur cyborg de Terminator 2, qui échappe à tout par sa capacité à fondre et se reconstituer :

Bon, en moins effrayant, soyons clairs… Mais les Poissons, c’est ça : une immense malléabilité qui les rend adaptables à tout et à tous. C’est également le signe des mouvements de foule, de ce qui ne semble ne pas avoir de tête, seulement une masse qui se meut.

Alors sur le papier, c’est bien joli – et ça semble même très pratique. Mais c’est redoutable, autant pour soi que pour les autres. Car si l’eau est puissante – les ras-de-marée et autres tsunamis en sont la preuve – l’eau dissout également : les contours, les formes, les choses, les gens. Et les Poissons sont ce signe de la dissolution.

Mal géré dans un thème, il peut mener à la confusion, la trop grande naïveté, l’influençabilité, le manque de rationalité. Et mal vécu, il conduira à l’isolement, le repli sur soi (et son fors intérieur, tellement plus riche et moins décevant que l’autre, le monde réel), la marginalité et la dépression.

Signe des mouvements de masse, il est aussi associé aux épidémies, aux virus, à l’exil parfois.

Vous l’aurez compris, les Poissons sont sans doute le signe le plus délicat du zodiaque. Car le plus subtil : tout en antennes qui s’élancent vers l’extérieur pour ensuite les ressentir à l’intérieur. D’où la nécessité de bien connaître ses frontières intimes, ses limites. Il s’agit d’être suffisamment poreux pour laisser entrer la lumière, suffisamment fêlé pour la laisser passer ensuite, mais suffisamment solide pour pouvoir la contenir et éclairer le monde. Afin de le rendre plus lumineux et plus beau. Car elle est là, la mission des Poissons : ce sont, pour reprendre les mots de Victor Hugo (lui-même Poissons), des « rêveurs sacrés ».

Ecoutez le rêveur sacré !

Dans votre nuit, sans lui complète,

Lui seul a le front éclairé.

Victor Hugo, Les Rayons et les ombres, 1840

Les autres articles sur les planètes :

Soleil

Lune

Mercure

Vénus

Mars ♂︎

Jupiter (à venir en décembre)

Saturne

Uranus

Neptune

Pluton (à venir en novembre)

Les articles sur les signes :

Bélier♈️

Taureau

Gémeaux

Cancer

Lion

Vierge

Balance

Scorpion

Sagittaire

Capricorne ♑️

Verseau ♒️

Poissons ♓️

Neptune

« You must be the mermaid

Who toke Neptune for a ride »

Procol Harum, Whiter Shade of Pale, 1967

La sirène, le fait de se faire mener en bateau, la boisson, les vertiges, tous les ingrédients neptuniens se retrouvent dans cette chanson de Prolo Harum. Parce que Neptune, c’est avant tout le flou, l’irrationnel, l’invisible, tout ce qui peut nous éloigner de la réalité… tout en nous la faisant percevoir… différemment.

Octave supérieure de Vénus, là où Vénus nous fait entrer en relation avec l’autre à travers nos sens, nos sensations, Neptune nous donne accès à une ultra sensorialité. Là où Vénus voit et est sensible à la beauté, Neptune voit au-delà au visible, la fameuse beauté intérieure. Là où Vénus entend et est sensible à la mélodie, Neptune entend au-delà du son (l’ultra-son). Là où Vénus… bon, je crois que vous avez compris !

Neptune, c’est donc notre intuition et cette connexion que nous pouvons établir avec l’invisible. C’est une énergie réceptive, voire passive, reliée au rêve et, pourtant, pouvant potentiellement nous éloigner de la réalité.

Saturne était la structure, Uranus la cérébralité, Neptune est la sensorialité, et ainsi se boucle le zodiaque. Maître des Poissons, il est le grand TOUT ; ne dit-on pas que l’eau, son élément, est la source de tout ? Sans eau, pas de vie. Mais attention, de cette eau, il faut savoir sortir : l’enfant qui quitte les eaux du ventre maternel pour entrer dans le grand bain de la vie peut s’y noyer. Si ses contours sont trop flous.

Car Neptune, c’est aussi tout ce qui nous éloigne de la réalité, donc aussi bien les substances diverses que l’on peut ingérer que l’état de dépression, les moments de désillusion ou les déceptions. Il peut amener le plus beau, l’inspiration, la vocation, la sensibilité, l’empathie, la compassion, comme le pire.

Car Neptune porte en lui la capacité de dissoudre : c’est l’état de conscience altérée, le rêve, la spiritualité, mais c’est aussi le besoin de fusionner avec l’autre, à tellement être à son écoute et sur sa même longueur d’onde, que l’on s’y perd.

Neptune se manie donc avec précaution, car il peut apporter le plus beau comme le plus angoissant. C’est la plénitude de l’état amoureux, mais aussi la difficulté à se reconnecter au réel.

L’énergie neptunienne est sans doute la plus belle de toutes les énergies du zodiaque, énergie d’amour, de pardon et d’humanité. Mais elle est aussi la plus redoutable, celle à manipuler avec le plus de précaution. Ou de soin, à vous de voir ♆.

Les autres articles sur les planètes :

Soleil

Lune

Mercure

Vénus

Mars ♂︎

Jupiter (à venir en décembre)

Saturne

Uranus

Neptune

Pluton (à venir en novembre)

Les articles sur les signes :

Bélier ♈️

Taureau

Gémeaux

Cancer

Lion

Vierge

Balance

Scorpion

Sagittaire

Capricorne ♑️

Verseau ♒️

Poissons ♓️