Le Capricorne

Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été.

Albert Camus

Difficile de faire plus au coeur de l’hiver avec ce signe du Capricorne qui apparaît peu ou prou au moment du solstice d’hiver. Pour ma part, appartenant à la « génération Grand Bleu », c’est une image de ce film me vient particulièrement lorsqu’il s’agit d’évoquer le Capricorne

Souvenez-vous (pour ceux qui savent…) de ce moment où Rosanna Arquette doit se rendre dans un site perdu de la cordillère des Andes pour y effectuer une expertise. Là, entre les montagnes, un grand lac gelé s’étend et un homme en combinaison s’apprête à y plonger. 

On évoque souvent le Capricorne avec l’image du feu sous la glace. L’image de l’eau emprisonnée sous la glace me semble cependant plus juste. Parce que le Capricorne, terre aride en apparence, est directement connecté à la Lune, signe du Cancer et signe d’eau. L’émotion dissimulée sous l’écorce épaisse, le barrage qui vient emprisonner cette eau pour la contenir et la maîtriser.

Le lac de Roselend – Source : https://chaletfrison-beaufortain.com

Rigueur, impassibilité, rudesse, rigidité sont des mots que l’on associe au Capricorne. Avec lui, pas de passe-droit, la loi, c’est la loi, et gare à celui qui déroge. Il faut le comprendre aussi : il pointe son nez au moment le plus sombre, généralement pendant le solstice d’hiver, autrement le jour le plus court de l’année.

I look around,

leaves are brown

And the sky

is a hazy shade of winter

Simon & Garfunkel

Nous sommes entrés dans l’hiver, il fait froid, et tout, ou presque, semble à l’arrêt dans la nature. Le Capricorne, ce sont ces paysages de neige, magnifiques quand le ciel est bleu, mais où rien ne transparaît. Figés.

Source : https://www.beaufortain-guide.fr

Et le Capricorne, ce peut être également ces paysages où le ciel se confond à la terre tant il est gris et où aucune lumière ne filtre, où l’eau des lacs de montagne est impénétrable et argentée.

Le givre escalade

Nos plaines malades

Jusque dans leurs moindres replis

Sur le pays le soleil est pâle à midi

William Sheller, « C’est l’hiver demain »

J’ai choisi volontairement d’exprimer ces deux facettes car les deux appartiennent au Capricorne : l’austérité comme la beauté figée, presque paralysante dans sa perfection.

Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre

Charles Baudelaire, « La Beauté »

Rien ne dérange le Capricorne qui place l’ordre au dessus de tout. C’est la signe de la réalisation, de l’ambition, du pouvoir établi, celui de la maison X. Il sait attendre son heure pour agir, a la capacité de prendre du recul et la lucidité nécessaire pour analyser les situations. Et il n’a pas peur de la solitude, ce qui lui confère une certaine supériorité sur la plupart des humains.

Ces situations pouvant être autant professionnelles qu’affectives, c’est ce qui lui donne son image d’insensibilité : le Capricorne sait se détacher de ses émotions afin d’en devenir observateur. Pour autant, ce n’est pas qu’il n’en éprouve pas, simplement elles sont bien dissimulées derrière la couche de glace – rappelez-vous notre image du lac gelé.

Durant l’hiver la vie s’endort, mais elle ne s’éteint pas : elle se reconstitue, se structure, prend des forces afin d’être prête pour le renouveau du printemps. Tout le Capricorne est là : ralentissement, structuration, préparation pour l’action à venir. Le Capricorne sait que l’on ne peut forcer les choses et qu’il convient de suivre les règles et les étapes si l’on veut cueillir les fruits à maturité.

C’est un signe de terre, concret, pour qui la réalisation prime avant tout. Loyal, il sait prendre et assumer ses responsabilités. En cela, bien sûr, il peut paraître affreusement matérialiste, indécrottablement terre-à-terre et profondément ennuyeux avec son côté un peu donneur de leçon.

Du coup, évidemment, pour lui, la tentation est grande de se retirer, en caprin incompris, dans ses hauteurs, seul.

On touche là à la phase sombre du Capricorne : celui qui, à force de contrôle, s’est enfermé, encaparaçonné, et ne bouge pas, coincé sous sa glace. Il devient arbre gelé, un tronc gris qui se reverdira pas au printemps, victime de sa rigidité et son intransigeance.

Pour vivre pleinement sa nature Capricorne, ce dernier doit se souvenir de son alter ego, de l’autre côté de la roue zodiacale : le Cancer. La terre capricorne doit se laisser irriguer par l’eau cancer, autrement dit laisser filtrer ses émotions, les écouter et les exprimer, tout en les maîtrisant, c’est l’essence du Capricorne. on en revient donc à mon lac gelé, en surface…

Le Lac vert – source : https://1.bp.blogspot.com

I look around,

leaves are brown

There’s a patch of snow on the ground

Simon & Garfunkel

Les autres articles sur les planètes :

Soleil

Lune

Mercure

Vénus

Mars ♂︎

Jupiter (à venir en décembre)

Saturne

Uranus

Neptune

Pluton (à venir en novembre)

Les articles sur les signes :

Bélier ♈️

Taureau

Gémeaux

Cancer

Lion

Vierge

Balance

Scorpion

Sagittaire

Capricorne ♑️

Verseau ♒️

Poissons ♓️